AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le charme de l'indifférence [Azulla]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Novice

avatar


Lien : Fiche

Race : Humain
Expériences : 3
Argent : 50

Messages : 40
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Le charme de l'indifférence [Azulla]   Mar 7 Sep - 15:27

Glad!

Un nom à la sonorité étrange, franchement je ne sais pas qui lui à donné ce nom mais il à due lire trop de romans tirés par les cheveux. Glad...il ne manquait plus qu'un panneau vantant la ville et ses commerces du genre "Glad, sa taverne, sa forge, sa banque, ses bandits et ses poivreaux".

J'étais cependant satisfait d'arriver enfin dans un lieu peuplé d'autre choses que de monstres bizarres au instinct sanguinaire des plus déplaisants. Mes lames étaient encore tâchées de sang de brigands se croyant assez forts à quatre contre moi. Les pauvres avaient surement fini en pâté pour bestioles voraces après que je les ais abandonné blessés, inconscients et couverts hémoglobine. Ils on depuis du être repérés par quelqu'un, ou quelque chose.
Cela faisait près d'un an que je n'avais pas fréquenté une ville et je commençais à sentir peser sur mes épaules le poids des cendres et du sang. Je ne suis qu'un homme et il me fallait une pause, un répits, des vacances pour peu que le mots existe encore.

J'avais donc atterri là, à Glad, cherchant un bar pour échanger une babiole contre un verre de quelque chose et un repas chaud. Généralement, les gens me fuyaient, me regardaient de travers ou de biais, évitant de se faire remarquer. Les commerçant acceptent en générale mes merdouilles car ils savent que c'est ce que vaut leurs marchandises et que je leur donne l'impression que "si tu prends pas, je casse tous". Enfin, je crois que c'est ce que j'inspire. la crainte.
Moi, je m'en fous, comme ça au moi je suis tranquille.

Les portes grincèrent et claquèrent en se fermant, quelques personnes regardèrent dans ma direction avant de détourner vivement la tête. Je m'approchais d'un pas lent, mes bottes résonnant sur le plancher, ma capuche sur mes cheveux gris cendre. Mon manteau fermé sur mon cou, mes couteaux de lancés dans le dos et mes deux lames sur les cuisses devaient laisser croire que j'étais un chasseur de quelque choses. En un sens c'est vrai. Je finis par atteindre le comptoir et laissais tomber sur le bois usé un sachet de cuir renfermant près de cinquante grammes de tabac. Je appelais alors l'homme derrière son comptoir.

Tavernier, sers moi un truc à boire et un repas chaud et ce tabac est à toi.

Je bus alors une grande gorgée d'eau claire, pure et fraiche, rejetant ma capuche sur mes épaules. C'étais étrange ici, cela donnait l'impression que tous ce qui ce passait en surface était inexistant. Mais on à beau être plus à l'aise en surface, même moi je devais reconnaitre que retrouver un semblant de civilisation était sinon plaisant au moins réconfortant. On avait moi l'impression d'être seul au monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Novice || Administrateur

avatar


Race : Arélienne
Poste : Tueuse
Expériences : 9
Argent : 150

Messages : 54
Date d'inscription : 24/08/2010

RP : Parlons affaires - Archi
Le Charme de l'indifférence - Ethan
MessageSujet: Re: Le charme de l'indifférence [Azulla]   Jeu 9 Sep - 21:19

J'avais décidé que mon départ se ferai très bientôt mais qu'en attendant, il n'était pas mauvais de remplir un peu sa bourse. J'étais très peu lestée étant donné les achats que j'avais du faire en vue de mon expéditions et un peu de liquide, c'est toujours utile quand on va à la surface. On peut trouver des choses très intéressantes que seul l'argent peut vous obtenir. Je m'étais donc rendue dans une taverne que je ne connaissais pas encore avec l'espoir de voir débarquer quelqu'un qui aurait un truc ou deux de valeur sur lui.

Habillée pour l'occasion, je m'étais installée dans un vieux fauteuil défoncé en début de soirée et depuis, je sirotais tranquillement un truc sucré que je ne connaissais pas mais dont je ne voulais pas connaître la provenance. Ce n'était pas du poison, c'était tout ce qui m'importait. Mi assise, mi allongée en travers du fauteuil, adossée à un accoudoir et les jambes par dessus l'autre, je scrutais la salle, surveillant les va et viens des clients, cherchant sur chacun d'eux quelque chose de valeur. Ils avaient tous l'air très sympathiques mais n'avaient rien de bien intéressant. Je perdais mon temps. J'eus droit à quelques œillades, l'un d'eux s'enhardit assez pour venir échanger deux ou trois mots mais je le renvoyais à sa chaise avec un sourire. Pas la peine d'être mauvaise pour s'attirer des ennuis. Il suffisait de bien choisir les mots et en général on était tranquille sans froisser personne.

Alors que je commençais à me dire que c'était peine perdue, un homme entra. Il se dégageait de lui quelque chose d'inquiétant qui repoussa le regard des autres et chacun piqua du nez dans son verre ou son assiette sans s'attarder sur lui. Moi en revanche, j'avais les yeux rivés sur le nouvel arrivant: enfin une proie intéressante ! Il avait une belle panoplie d'armes que je pourrais revendre une fortune si je négociais bien la chose. Il était temps d'entrer en scène. Je relâchais ma respiration et me détendis. Aussitôt je perçu l'onde qui m'habitait se répandre dans toute la salle. C'était comme une nuage doué d'une vie propre qui fila d'un bout à l'autre. Bien sur, il n'était pas visible et moi même je ne le voyais pas mais j'en avais la sensation. C'était comme une extension de moi. L'attention de tous les mâles de la salle était maintenant sur moi. Ou presque. Visiblement l'étranger avait d'autre trucs en tête parce qu'il restait résolument penché sur son assiette. Tant pis, ce n'était pas grave.
Je me levais, souple et gracieuse comme un félin et me dirigeais vers lui, un sourire enjôleur aux lèvres. Des regards me suivirent mais personne n'eut l'idée stupide de se mettre sur ma route pour m'aborder.

Je m'installais à coté du l'inconnu et, mon attention étant focalisée sur lui, la brume de mon pouvoir l'enroba entièrement. A moins qu'il n'ai quelque chose contre moi, auquel cas il me connaissait déjà, il devrait sentir quelque chose. Même s'il résistait, il sentirait quelque chose. Et c'était là-dessus que j'allais devoir jouer. Mais j'étais une experte, la chose serait facile.
J'étais heureuse de constater qu'il était plutôt pas mal. Ca n'enlevait rien, c'était un bon point en plus et je ne crachais pas dessus, pour une fois.


-Un dîner dans la solitude a moins de saveur qu'un tête-à-tête. Dis moi d'où tu nous viens étranger. J'aime des histoires longues, ne t'en fais pas.- dis-je d'une voix caressante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Novice

avatar


Lien : Fiche

Race : Humain
Expériences : 3
Argent : 50

Messages : 40
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Re: Le charme de l'indifférence [Azulla]   Lun 13 Sep - 15:31

Et aller! Je ne suis pas là depuis plus de dix minutes que je suis déjà en train de me faire aborder. La phrase qui parvient à mes oreilles était émise par une douce voix dans laquelle je sentais comme une tentative de ... séduction? Je ne sais pas si le mot convient, mais bon, pour ce que ça change... Une légère attirance me prenais, bien que je n'ais toujours pas regardé de qui il s'agissait. Je tournais donc la tête, un air d’indifférence plus que complet sur le visage. Une jeune femme se tenait là, plutôt jolie, et me regardait comme s'il n'y avait que moi dans la pièce. Sa voix avait l'intonation de quelqu'un qui cherche plus qu'un simple dîner agrémenté d'une histoire.
Enfin, peut importe la raison qui la poussait à venir me voir, j’aspirais pour l'instant à un simple moment de repos avant de chercher à copiner avec des inconnus. Se faire des relations peut toujours être pratique, mais cette jeune femme semblait un peu trop expéditive.
Je lui parlais alors d'une voix cassante signifiant bien clairement que je voulais être peinard.

Je viens de la surface, mon histoire est trop courte pour être intéressante et trop sanglante pour être descente et je n'ai de toute façon pas l'argent pour payer tes services.

Je ne savais pas si elle était ou non une prostituée, mais si tel était le cas, elle irait vite voir quelqu'un d'autre, quelqu'un qui à du fric. Je reportais alors mon attention la plus complète sur mon assiette. Je ne voulais surement pas manger froid alors que pour une fois mon plat était chaud.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Novice || Administrateur

avatar


Race : Arélienne
Poste : Tueuse
Expériences : 9
Argent : 150

Messages : 54
Date d'inscription : 24/08/2010

RP : Parlons affaires - Archi
Le Charme de l'indifférence - Ethan
MessageSujet: Re: Le charme de l'indifférence [Azulla]   Sam 25 Sep - 12:59

Je me crispais un instant à l'entendre me traiter comme une prostituée. Jamais on ne m'avait fait le coup. Les filles de joies vivaient toutes dans un quartier bien spécial et appartenaient toutes à des maisons closes. Jamais on ne les voyait seuls, dans les quartiers hauts et encore moins à travailler dans n'importe quelle auberge. Il fallait être un nouvel arrivant pour ne pas le savoir ou alors un sacré mufle. Et moi je ne supportais pas que l'on me traite ainsi. Meurtrière, menteuse, voleuse, aguicheuse...Tout cela je l'étais. Mais esclave, chienne en chaleur, ça non. On m'avait trop longtemps traité de la sorte pour que j'admette qu'un homme puisse encore le faire.

L'envie irrépressible de lui arracher les yeux avec les dents me prit mais je me contrôlais au maximum, n'y laissant rien paraitre.


*Aller ma fille, calmes toi. Tu pousses puissance maximum et tu lui prend ses armes. Et après, fini. Tu passes une bonne nuit et demain, tu laisses Glad derrière toi. Aller aller.*


Je souris, mi-innocente mi-enjôleuse. Je poussais mon pouvoir encore plus fort. Je sentais les brumes de l'attraction tourbillonner autour de ma cible comme une tempête d'été. Il fallait le faire plier.

-Le sang n'est plus un tabou de nos jours et j'en ai l'habitude. Et je ne cherche pas à te soutirer d'argent. Juste une agréable compagnie et un récit. On se réchauffe comme on peut à Glad.-

Je posais mon menton dans mes mains, mettant en valeur la courbe de mes reins et ma poitrine. Il allait céder.
Misérable petit homme, toi et tous ceux de ta nature, tous des meurtriers, des porcs, des violeurs, des menteurs. Tuer femmes et enfants pour des guerres stupides, tromper et briser un coeur pour obtenir ce qui vous intéresse. Tout cela, jamais on ne le reprocherait à un homme. Tout cela, c'est à une femme de l'endurer. Alors pour survivre, c'est comme un homme que je dois mener ma vie. Et sur cette terre plus encore. Jamais faible, jamais triste, jamais fragile sinon je tombe dans le piège et l'on me remettra aux fers. Plus jamais esclave d'un homme. Tu céderas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Novice

avatar


Lien : Fiche

Race : Humain
Expériences : 3
Argent : 50

Messages : 40
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Re: Le charme de l'indifférence [Azulla]   Mar 5 Oct - 23:21

Humpf!!

Je sais, c'est très limite comme réponse, mais c'est celle que je lui servis.
Je pris assiette et gobelet avant de me diriger vers un box, au fond de la salle. Un box,, non, pas celui pour les canassons, un coin tranquille avec deux banques rembourrées, une table au milieu et des cloisons derrière chaque banquette. Je posais mes petites affaires et lui lançais, l'air de ceux qui se résigne à faire un truc qui leur aurait sans doute plus si l'interlocuteur dansait le french cancan en scaphandre sur une musique techno remixé zouk accompagné à la flûte traversière, le tout en tenant un ballon en équilibre sur le nez.
Mais non, il y avait juste moi, une jeune femme jolie qui me collait comme s'il ni avait personne d'autre dans la salle et un boucan à réveiller le bois mort.

Puisque je n'ais pas le choix et que je dois supporter votre compagnie, je préfère m'asseoir. Lui lançais-je amèrement. Mais je vous préviens que cela vous coûtera une bière.

Je me laissais tomber sur la banquette, mes armes tintèrent dans leurs fourreaux et me remis à manger avec appétit. Si ce n'était pas excellent, au moins était-ce assez copieux. Un type comme moi ne peut rêver mieux. Si elle voulait de la compagnie, elle allait devoir la payer d'une pinte de bière, je n'en avais pas bue depuis près de six mois et la dernière en date était frelatée et contenue dans une gourde de fer rouillée. Vive la qualité de la boisson.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le charme de l'indifférence [Azulla]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le charme de l'indifférence [Azulla]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Doomsday :: Zone RPG :: 
ϯ Les profondeurs ϯ
 :: Glad :: La taverne
-
Haut ǁ Bas
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit