AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Parlons affaire [ Pv: Azulla]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Novice || Fondateur

avatar


Lien : Fiche || Suivi personnel

Race : Blinder
Expériences : 8
Argent : 50

Rapport :
PNJ
Chirma
Âme jumelle
d'Archimède


Messages : 241
Date d'inscription : 24/08/2010

RP : Parlons affaire
Sommeil évasif

MessageSujet: Parlons affaire [ Pv: Azulla]   Ven 3 Sep - 16:25

La cité était animée de tout part. La vie affluait dans chaque rue et pourtant, Archimède se sentait bien seul. Il revenait d'une taverne dans laquelle il avait prit un petit remontant. Un verre d'eau pur ne pouvait pas bien faire grand mal. Des marchants exposaient leurs produits fixant les passagers d'un regard empli de supplice. Cela faisait peine à voir, mais le jeune homme ne pouvait se résoudre à acheter cette marchandise incertaines. L'argent était bien trop précieux aujourd'hui pour faire œuvre de charité. Du moins, en ce moment Archimède ne pouvait se le permettre et comme beaucoup pensait-il. Il leva les yeux observa le ciel enchanté. Il paraissait si réel que son esprit plongea dans les luminosités surnaturelles. Comment pouvait-on être abusé par un tel enchantement ? C'était donc ainsi que l'humanité vivait, dans une illusion ? Dans tous les cas, le peuple avait la nette impression de vivre au bel air, de respirer avec aise. Ils étaient tous protégés et c'était le seul endroit fiable. C'est certainement pour cela qu'il fallait une imitation de la vie.

Archimède se trouvait prêt d'un trottoir, tête levée à regarder les nuages. Un homme au corps animal passa et le bouscula involontairement. Tiré de ses rêveries, le garçon au stigmate regarda cet hybride. Il était grand, possédait un visage humain, mais au corps de tigre. C'était bien la première fois qu'il voyait cet être là. Il sourit percevant une gentillesse dans cet inconnu. L'homme mi tigre s'excusa et demanda si Archimède n'était pas blessé. Frottant son épaule endolori, la victime répondit que tout allait bien. Après des mises en garde face à son étourderie, l'homme croisé avec un félin reprit la route. Archimède fronça ses sourcils. Il était donc perçu comme une personne étourdie ? Il avait certainement mal interprété ce qu'il voyait, le garçon était simplement plongé dans des réflexions. Et puis, cela était un comble, lui anciennement aveugle voyait mieux que cet enquiquineur. Malgré cela il ne put se résoudre à éprouver un sentiment de recul. Il s'était excusé, informé et cela suffisait à Archimède pour penser qu'il était un être bien.

Regardant par hasard sa veste, désormais déchirée à l'endroit du choc, Archimède soupira. Sa veste était fichue, heureusement sa chemise en dessous était intacte. Il s'engouffra dans le centre, là où les commerces fleurissaient. Dans les vitrines, les passants apercevaient des chaussures en cuir, tout ce qui touchait le vestimentaire. Après une longue conversation avec un alcoolique, Archimède avait apprit que cette planète n'était pas telle qu'elle l'était aujourd'hui. Il y avait des machines. L'homme au regard blanc, avait déjà vu de tel engin. Cependant, ces objets étaient rares et quasiment jamais fonctionnels. Il remarqua une dame à l'apparence soignée. S'approchant il lui demanda avec délicatesse.


«-Excusez moi, vous pouvez me dire où se situe une boutique de vêtements ?
-Bien sur ! Prêt du forgeron se trouve un atelier textile fort séduisant. Mais mettez vos affaires après avoir donné un coup de propre. Le tissu a tendance à sentir la forge...»

Elle partie sans même attendre un remerciement de la part d'Archimède. Il préféra de pas crier pour le lui dire, mais se contenta de partir dans la direction indiquée. Ce monde où l'anarchie régnait avait la chance de voir une cité telle que Glad. C'était un lieu unique, qui vivait et rappelait une vie paisible oubliée. Il frotta ses yeux qui se fatiguaient. Le garçon n'était pas encore habitué à la lumière, malgré le temps passé à vivre parmi ce chaos. Il bénissait Glad pour son activité, pour sa tranquillité, mais il préférait de loin, les lieux paisibles de la surface. Il n'y a aucune âme qui vive, le seul inconvénient est qu'à tout moment, il pouvait être dérangé par une créature sanguinaire. Le risque était à prendre. C'était un choix à faire, mais vivre sous terre indéfiniment était plus qu'inacceptable. C'était une prison !

Il n'avait pas l'intention de rester longtemps en ces lieux, il pensa donc à profiter du temps qu'il lui restait afin de se réapprovisionner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doomsday.forumsactifs.com

Novice || Administrateur

avatar


Race : Arélienne
Poste : Tueuse
Expériences : 9
Argent : 150

Messages : 54
Date d'inscription : 24/08/2010

RP : Parlons affaires - Archi
Le Charme de l'indifférence - Ethan
MessageSujet: Re: Parlons affaire [ Pv: Azulla]   Sam 4 Sep - 13:33

J'avais l'intention de me faire une belle expédition en surface et cela faisait un moment que je la préparais. J'avais travaillé dur pour obtenir mon argent afin d'acheter des vivres et un peu de matériel neuf. Bon d'accord, je n'ai pas travaillé dur. Pas au sens où tout le monde l'entend. Mais je m'étais donné du mal. Aujourd'hui j'allais vendre quelques habits bien taillés à un ami à moi. Enfin disons plutôt un collègue...une connaissance...un contact...Bref, un type avec qui j'avais l'habitude de traiter mes affaires. C'est donc caparaçonnée de cuir que je suis entrée dans sa boutique, un grand sac sur le dos. Je baissais le masque en tissu que j'avais sur le nez, je rejetais ma capuche en arrière et lui offrais mon plus beau sourire. Il ne s'attendait visiblement pas à ma visite car il passa de rougeaud à normal. Chez une personne ordinaire ça correspondait à une pâleur éloquente.
Mirko était un type simple avec un sens des affaires étonnant. Il venait d'une planète où le commerce, c'est la chose qu'on vous apprend dès le berceau si bien que le plus nul des vendeur de la-bas est le meilleur sur Terre. Et Mirko est loin d'être le plus nul. Il était arrivé voila quelques années et sa boutique avait déjà une bonne réputation et des articles de qualité. Le seul bémol à ce commerce était sa localisation par rapport à son voisin forgeron.
Le patron de cette charmante boutique qui ne cessait d'attirer de la clientèle était un être humanoïde, haut de presque deux mètres, plutôt corpulent et à la peau perpétuellement rougeâtre. On pouvait voir au sommet de son crâne, cachés sous le tas de foin qui lui servait de chevelure, des petites cornes en ivoire. Il était charmant avec les dames et humble avec les hommes aussi tout le monde l'appréciait. Moi je voyais simplement un type qui sait vendre de la camelote sous couvert de vendre des grands articles. Même si je devais reconnaître que sa camelote était de très bonne qualité.

J'étais donc entrée dans la boutique remplie d'étoffes et de vêtements en tout genre. Je constatais qu'il y avait du nouveau: sur des étagères au fond, des accessoires s'offraient à la vue des clients. Je souriais: il avait décidé de se faire encore plus d'argent. Ca m'arrangeait bien, quelque part. Il n'y avait personne pour le moment, ce serait plus facile pour nos affaires. Je vins m'accouder à son comptoir-caisse, sans me départir de mon sourire.


-Salut Mirko, un peu chair fraîche à revendre, ça te tente ? J'ai de l'excellente qualité là derrière.- je désignais mon sac à dos du pouce. - Tu seras pas déçu. Tu n'es jamais déçu, avoue-le.-

-Ecoute Lula, c'est vrai que t'es un fournisseur en qui j'ai confiance niveau qualité des produits mais pour ce qui est de la provenance, tu sais que ça me plais pas. Imagine qu'on apprenne que je trempe dans ton business ? Ce serait la fin pour moi.-

Je soupirais, déjà agacée. Il me fatiguait avec sa prudence et ses craintes excessives. Je levais les yeux au ciel avant de lui dire d'un ton dur et tranchant:

-Bon écoute, j'ai pas toute la journée, j'ai des trucs à faire alors soit tu regarde et t'achète, soit je me tire. J'ai d'autres acheteurs et crois-moi, ils feront moins la fine bouche. Parce qu'ils savent qu'on remonte jamais jusqu'à moi et encore moins jusqu'à eux. -

Je vis le gros bonhomme je dandiner un moment, indécis. Je savais qu'il allait accepter. Je bluffais en disant que j'avais d'autres acheteurs, c'était faux. Je pouvais refourguer mon bazar à des marchands mais ils n'auraient pas l'œil pour la qualité et je serais payée trois fois moins.
Finalement, il poussa un soupir de résignation et hocha la tête. Avec un petit sourire satisfait, je posais mon sac sur son comptoir et l'ouvrais. Le négociant commença à en sortir vestes de cuir tanné, pantalon de toile fine et précieuse, écharpes brodées, ceinturons plaqué or. J'avais fais une bonne récoltes. Je l'entendis marmonner deux ou trois trucs concernant la fabrication, la qualité et plaignant les pauvres types à qui ça avait appartenu. Je faisais mine de ne rien entendre.

La clochette cabossée à l'entrée sonna et par réflexe, je remontais mon masque sur mon nez et ma bouche, ne laissant voir que mes yeux cobalt. Je me retournais imperceptiblement et vit un jeune homme aux yeux pâle comme l'aurore qui regardait les étendages. Un client visiblement. Mais je n'étais pas rassurée. Moi qui pensais vendre tranquillement, c'était raté.
Mirko avait fourré la quasi totalité de ce que j'avais dans le sac derrière son comptoir à peine la cloche retentit. Il n'essayait pas de m'arnaquer, il savait que ça lui couterait cher, mais il préférait que nos affaires ne s'ébruitent pas. Tout comme moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Novice || Fondateur

avatar


Lien : Fiche || Suivi personnel

Race : Blinder
Expériences : 8
Argent : 50

Rapport :
PNJ
Chirma
Âme jumelle
d'Archimède


Messages : 241
Date d'inscription : 24/08/2010

RP : Parlons affaire
Sommeil évasif

MessageSujet: Re: Parlons affaire [ Pv: Azulla]   Ven 10 Sep - 16:15

Une clochette annonça l'entrée du garçon aux yeux livides dans la boutique. Archimède salua de la tête les deux personnes au comptoir. Il y avait un homme et une jeune femme aux cheveux bleus. C'était rare, mais aujourd'hui certaines choses étaient devenues banales. La boutique était plutôt satisfaisante et le Blinder ne regretta pas d'être venu en ces lieux. Il jeta bref coup d'oeil aux vêtements présentés, mais son regard était tourné vers le duo à la caisse. Voir était pour lui un miracle et depuis trois années, il s'adaptait à cette nouvelle vision. Et comme un enfant, il regardait absolument tout et rien ne lui échappait. Ce qui repéra semblait louche. Non pas cet homme et cette femme, mais le geste accompli. Celui qui semblait être le gérant cacha un sac sous son dépôt. Que cela pouvait-il bien signifier ? Cherchait-il à dissimuler un malentendu à cette femme à la chevelure azurée, ou bien à Archimède ?

Il s'appropria un pantalon en toile fine, puis le leva afin de l'exposer à la lumière présente sur les lieux. Il releva le bas, constata que l'intérieur était de bonne qualité, mais son attention était en réalité pour ces deux personnes qui semblaient préoccupés par la présence du garçon au stigmate. Il reposa la culotte là où il l'avait prise, puis s'approcha du comptoir afin de pouvoir saisir quelques paroles perdues. Mais personne ne parlait, que ce soit l'homme ou la jeune fille. Aucun des deux ne daignaient émettre le moindre son. Peut-être serait-il plus sage de quitter cette boutique et chercher son bien ailleurs. Après tout, ce n'était pas la seule boutique de textile. Mais, un doute planait. Se pouvait-il que cette jeune femme soit en danger. Un potentiel danger rendait mal à l'aise le jeune homme. La simple pensée qu'elle soit en difficulté, rendait fou Archimède. Il n'était pas du genre à jouer les héros, mais il ne pouvait se permettre d'ignorer cela. Mais, peut-être était-ce qu'un simple malentendu, il était possible qu'il ait mal interprété ce qu'il avait vu. Mais bizarrement, il savait déjà que faire.

Il voulait savoir ce qu'il se passait, quoiqu'il arrive.

Il s'approcha doucement, l'aspect neutre. Dès qu'il eut attirer l'attention du gérant, il montra son maillot troué. Il passa le doigt à l'intérieur et lança un regard perdu. Faire l'innocent, il savait faire. Après être sur de paraître qu'un simple client, il s'approcha, se permettant de passer devant la jeune femme aux cheveux bleus et demanda d'une voix égale.


«-Excusez-moi, j'ai fais un trou involontairement à mon tricot au niveau de l'épaule. Pouvez-vous le réparer ?»

Il s'approcha sous la demande du directeur et celui-ci examina le tissu qui couvrait Archimède. Il retourna et tira afin de tester sa souplesse. Après quelques haussements de sourcil, il répondit qu'il ne pouvait pas réparer et qu'il serait gagnant de racheter un nouveau haut. D'après ce qu'il racontait, la restauration coûtait bien plus chair que les tissus qu'il vendait. Archimède remercia cet homme et retourna à l'exploration des vêtements. Durant cet entretien, le Blinder avait remarqué trois choses. Premièrement, l'homme qui tenait cette boutique n'avait pas l'air bien méchant, il était même aimable. Ensuite, même s'il cachait avec délicatesse son doute, il semblait tendu. Pour finir, Archimède n'avait accordé aucun regard à la jeune fille.

Il prit deux hauts de costume et dans la cabine qui faisait l'ange de la boutique, il les essaya. Dès qu'il quitta la loge, il déposa le maillot qu'il n'avait pas choisi et retourna prêt de la caisse. Le peu d'élément qu'il possédait, faisait flotter en lui un doute. Il avait bien observé les réactions, mais malgré la comédie jouée par le gérant, il sentait qu'il y avait quelque chose. Seulement, Archimède n'était pas du genre à s'interposer entre deux personnes, comme le font les commères. Il n'aimait pas mettre son nez dans les affaires des autres, tout d'abord ce n'était pas son genre, de plus ce n'était pas poli pour un homme. Néanmoins, lorsqu'il posa son vêtement sur la table, il demanda à la jeune fille.


«-Bonjour, que fais une jeune femme dans une boutique de textile sans habits ?»

Il sourit, transmettant son bien être. Il avait le souvenir et l'image des boutiques dévalisées par des jeunes femmes en folie. Elles avaient les mains chargés de vêtements de tout genre, Archimède malgré son regard nouveau, il voyait. Or il avait bien remarqué que cette femme à la chevelure azurée n'était pas chargé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doomsday.forumsactifs.com

Novice || Administrateur

avatar


Race : Arélienne
Poste : Tueuse
Expériences : 9
Argent : 150

Messages : 54
Date d'inscription : 24/08/2010

RP : Parlons affaires - Archi
Le Charme de l'indifférence - Ethan
MessageSujet: Re: Parlons affaire [ Pv: Azulla]   Mar 5 Oct - 0:45

J'avais attendu avec beaucoup de patience que le petit brun fasse ses emplettes. Cet imbécile de Mirko était aussi tendu qu'un élastique pour pantalon d'obèse. Il avait tout d'un type bizarre et suspect avec cette attitude. Vraiment, il était trop honnête pour faire un bon escroc. Heureusement qu'il avait l'œil et que je l'aimais bien sinon la moitié de son stock de luxe, il n'en aurait jamais vu la couleur. Je trépignais intérieurement. Il allait se décider, oui ou non ?
un tricot par ci, un pull par là, il en mettait du temps ! J'avais l'impression d'assister aux soldes sur ma planète. Les filles mettaient toujours deux plombes à trouver ce qu'il leur fallait. Était-il aussi cruche qu'elle ? Quand, enfin, il se décidé à aller faire un ou deux essayages, je choppais mon acheteur par le col et le tirais sur son comptoir avec une force qu'il ne soupçonnait sans doute pas. Je lui susurrait alors:


-Fais pas l'imbécile, arrêtes de transpirer comme un porc, on voit tout de suite que t'as un truc à cacher. Laisse tomber, c'est qu'un client, il s'en fout de nous et de nos affaires. Il te paye, il part, point. Reprends toi !-

Je le lâchais brutalement. Il eu le temps d'aquiesser, de se passer un mouchoir sur le visage et de remettre sa veste comme il fallait avant que 'inconnu ne sorte de sa cabine. Le visage toujours caché par le masque, j'attendais, immobile. La question ne m'étonna pas mais m'exaspéra. Il se mêlait de tout celui là.
Je le regardais droit dans les yeux et le jaugeais. Il était plus jeune que moi mais à peine. En tout cas il le paraissait. Et il avait les yeux très très pâle, comme s'il était aveugle et un tatouage sur l'un d'eux. Il avait l'air si innocent en disant ça. Trop jeune pour être déjà un macho mais ça viendrait. Un homme comme les autres.


-Ça ne te regarde pas. Je peux aller où il me semble, non ? Si je veux entrer et discuter, rien ni personne ne m'en empêche. Qui penses-tu être pour interroger les gens que tu ne connais pas ?-

Il fallait un sacré culot pour demander ce genre de choses de but en blanc a une inconnue dans un boutique. Soit il était en mode drague, soit il était aussi naïf qu'un agneau. Ce qui m'étonnais parce que dans ce monde de fou, personne ne restait naïf bien longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Novice || Fondateur

avatar


Lien : Fiche || Suivi personnel

Race : Blinder
Expériences : 8
Argent : 50

Rapport :
PNJ
Chirma
Âme jumelle
d'Archimède


Messages : 241
Date d'inscription : 24/08/2010

RP : Parlons affaire
Sommeil évasif

MessageSujet: Re: Parlons affaire [ Pv: Azulla]   Sam 23 Oct - 11:54

Pour commencer la surprise s'empara d'Archimède. Le ton employé par la jeune fille était plutôt ferme et à la fois trop exagéré. Agressait-elle toute personne qui lui adressait la moindre parole ? Peut-être bien, mais dans ce cas là, il est vrai que le jeune homme avait posé une question plutôt indiscrète. Soit, mais est-ce une raison pour hausser le ton ? Et puis, si l'idée de la charmer avait effleuré l'esprit du Blinder, il pensa très fortement que sa chance était tombée à l'eau. Mais étant donné qu'il ne lui avait pas adressé la parole dans cette hypothèse là. Cela ne le toucha pas le moins du monde. Il avait pensé assez précipitamment qu'il se pouvait que la jeune fille aux cheveux couleurs bleus soit en danger. Alors deux propositions s'offrait à lui. La première était qu'elle était en train de discuter avec ce marchant aussi simplement qu'il puisse être. Soit elle était sous l'emprise de cet homme et tenter de le protéger pour mener sa propre perte. Mais d'après ses réactions, elle semblait plutôt une fille ou plutôt une femme certaine ne marchant pas au hasard.

Donc la solution s'imposait, pour commencer la fille n'était pas manipulée, c'était donc l'homme qui avait quelque à cacher. Mais après tout, peut-être que cette jeune femme n'avait pas de temps à perdre ou encore qu'elle parlait de choses importantes et aimerait ne pas être interrompu. C'était simple, Archimède cherchait a pardonner à cette parfaite inconnue. Elle aurait pu refléter la méchanceté, le garçon au stigmate aurait très certainement trouvé une excuse. Enfin, celui-ci s'évadait dans ses pensées. Il frotta alors sa tête, comme pour mettre un terme à toutes ses pensées qui l'encombraient fortement.


« Nous pouvons dire que vous n'êtes pas très sociable... Qui plus est, ma question était anodine.

Elle l'était... dans un certain contexte. Personne ne peut savoir qu'elle était les intentions du garçon. Peut-être chercher t-il à la conquérir ou alors à la protéger. Mais qui pouvait penser à ça ? Ils étaient que des hommes pour ça, pas voyant.

-Vous m'avez posé des questions et je vais vous répondre. C'est étrange non ? Vous m'agressez et pourtant vous cherchez à étendre notre discussion. Donc effectivement je suppose que vous êtes libre, que vous pouvez aller où bon vous semble. Quoique... Parfois un oiseau peut sembler libre alors qu'une cage l'attend non loin.

Il s'arrêta, réfléchissant à la seconde question. Qui était-il ? Un Homme, de sexe masculin, il avait vingt-quatre ans, mesurait un mètre quatre-vingt-six et avait les yeux d'un bleu pâle. Sous son œil gauche il était marqué d'un stigmate. C'était très certainement le seul être de son peuple à savoir cela. Lorsqu'un Blinder se sépare de sa moitié, un stigmate apparaît... encore vivant. La mort réservait bien des surprises et était surtout différente pour chaque cas. Il peut sembler fragile, mais sa taille cache bien des forces. Bref, il répondit.

-Je suis un homme au nom d'Archimède. Je n'ai pas d'excuse à te fournir pour ce qui est d'interroger les inconnus. Je crois qu'il y a un terme pour résumer ça, être sociable.

Il lança un sourire qui ne laissait paraître aucune trace de fierté, ni de vengeance, mais bien un sourire franc auquel on peut se fier. Il se tourna vers le marchant, tous ces affreux détails qu'étaient la transpiration, la bouche qui tremblait légèrement, les mains qui tâtonnaient partout où elles le pouvaient. Il posa spontanément une main là où sa chemise était trouée. Il finit par dire avant de partir.

-Je crois que je préfère garder ma chemise, même dans cet état là. De toute manière, je n'avais pas assez pour me payer quoi que ce soit d'autre.

Il lança un dernier sourire à la jeune fille et traversa la pièce afin d'atteindre la porte d'entrée, qui était aussi celle de sortie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doomsday.forumsactifs.com

Novice || Administrateur

avatar


Race : Arélienne
Poste : Tueuse
Expériences : 9
Argent : 150

Messages : 54
Date d'inscription : 24/08/2010

RP : Parlons affaires - Archi
Le Charme de l'indifférence - Ethan
MessageSujet: Re: Parlons affaire [ Pv: Azulla]   Ven 3 Déc - 14:23

-Nous pouvons dire que vous n'êtes pas très sociable... Qui plus est, ma question était anodine.

Bon alors d'abord il me les brises avec ses questions indiscrètes et maintenant c'est moi qui ne suis pas sociable ? Y en a qui ne manquent pas de culot quand même ! Que savait-il de moi ? De ma vie ? De mon caractère ? Rien. Il se basait sur du vent et du vide et ça m'agaçais d'être jugée comme ça. Pour qui se prenait-il ? Mais je n'eus pas l'occasion de lui répondre qu'il enchaînait déjà.

-Vous m'avez posé des questions et je vais vous répondre. C'est étrange non ? Vous m'agressez et pourtant vous cherchez à étendre notre discussion. Donc effectivement je suppose que vous êtes libre, que vous pouvez aller où bon vous semble. Quoique... Parfois un oiseau peut sembler libre alors qu'une cage l'attend non loin.

Allons bon ! Voila maintenant qu'il me fait la morale ! Je serrais les dents pour ne pas lui coller mon poing dans la figure. Non content de me déranger avec des questions mal placées et ensuite de me coller une étiquette, voila qu'il me comparait à un oiseau en cage ! Soit il était capable de voir la vie des gens, soit il était simplement terriblement effronté. Et ça me gavais un tantinet. Il n'avais rien de valeur sur lui à part ses beaux yeux et sa bouille candide, je n'avais rien à gagner à être aimable avec lui. Et quand un homme est aussi gentil, soit c'est suspect, soit c'est passager. Alors me reprocher d'être mauvaise avec lui, c'est le comble ! Mais il enchaîne de nouveau, comme si de rien était. Quelle pipelette !

-Je suis un homme au nom d'Archimède. Je n'ai pas d'excuse à te fournir pour ce qui est d'interroger les inconnus. Je crois qu'il y a un terme pour résumer ça, être sociable.-

Ok là par contre il abuse. L'insinuation mesquine, il peut la faire passer pour tout sauf pour de la gentillesse. Il me cherche ! Et bien je ne vais pas le laisser filer de la sorte. Voila qu'il reprend sa chemise et se tire ! Ah non mon cochon, tu restes ici.
Alors qu'il prenais la direction de la porte, ma main jaillit de sous ma cape et le saisit par le col fermement. J'avais les mains fines et délicates et pourtant ma poigne était toujours ferme et solide. J'avais les yeux dans le vague, perdus quelque part dans les nœuds du bois du comptoir. Ma voix résonna dans le silence de la petite boutique, un peu trop douce pour l'être réellement.


-Tu crois aller où comme ça ? Tu te mêles de ma vie puis tu me juges, tu m'insultes et tout ça avec un sourire d'une arrogance rare. Et pour terminer, tu t'esquives comme une souris. Et tu crois que je vais te laisser partir ? Soit tu es d'une naïveté navrante soit tu me juges trop mal.-

Je regardais à présent Mirko qui ne savait plus où se mettre. Une bagarre dans sa boutique ? Quelle horreur ! Je vrillais mon regard azur dans le sien et lui déclarait d'un ton sans appel:


-Toi, tu regardes le matériel. Moi je vais avoir une petite conversation avec notre ami dans ton arrière boutique. Rien ne sera endommagé, tu as ma parole.-

Et sans laisser le choix à ce cher Archimède, je l'entraînais à ma suite, toujours par le col, par une petite porte à moitié cachée par les habits sur les portants. Je refermais derrière nous. Nous étions désormais dans une pièce de petite taille remplie jusqu'au plafond de vêtements. Il y avait trois niveau de tringles et des rangs si serrés de tissu qu'on était en droit de se demander comment Mirko pouvait prendre un habits sans le déchirer. On ne tenais pas à cote cote à cote ici sinon l'un des deux se perdais dans les tréfonds des tissus. Je lâchais enfin ma victime. Il allait me payer son petit discours, quitte à ce que je doivent lui coller une gifle ou deux. Je parlais d'un ton glacial. Les tonnes de textile autour de nous sans compter la moquette élimée au sol étouffaient tous les bruits et ce fut comme murmure.

-Maintenant, petit prétentieux, tu vas me dire pourquoi tu m'espionnes. Pour moi, quelqu'un qui pose des questions aussi indiscrète en les faisant passer pour de la "sociabilité", c'est plus que louche.-

Il croyais que je n'avais pas vu clair dans son jeu ? A Glad, on ne se mêle pas de la vie des autres sans raison. Alors si il était venu me demander quelque chose, ça ne pouvait qu'être à propos des articles que j'étais venue apportée. Pour une raison inconnue, il avait réussit à retrouver ma trace ou avait au moins des soupçons sur moi.

-Alors c'est toi ton excuse ? Un frère disparut ? Un ami ? Un endetté ? Qui t'as dit de venir me trouver ?-

Mes prunelles bleues brillaient d'un feu glacé. Si on m'espionnais, je saurait qui et je le lui ferait regretter amèrement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Parlons affaire [ Pv: Azulla]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Parlons affaire [ Pv: Azulla]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Doomsday :: Zone RPG :: 
ϯ Les profondeurs ϯ
 :: Glad
-
Haut ǁ Bas
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com